Qui peut-utiliser un éthylomètre ?

Qui peut-utiliser un éthylomètre ?

Un éthylomètre est un dispositif de mesure qui permet de mesurer le taux d'alcoolémie dans le sang ou dans l'air expiré. Il est principalement utilisé par les forces de l'ordre pour détecter si un automobiliste conduit sous l'emprise de l'alcool et pour vérifier si le taux d'alcoolémie est supérieur ou égal à la limite autorisée par le Code de la route.

En effet, la conduite sous l'emprise de l'alcool est l'une des principales causes d'accidents mortels sur les routes et constitue une infraction pénale. Une personne qui conduit avec un taux d'alcoolémie supérieur ou égal à 0,5 gramme par litre de sang ou 0,25 milligramme par litre d'air expiré encourt des peines complémentaires, telles que la suspension du permis de conduire pour une durée pouvant aller jusqu'à trois ans, l'amende pouvant aller jusqu'à 4 500 euros, la confiscation du véhicule et l'obligation de suivre un stage de sensibilisation.

Tout automobiliste peut être contrôlé à tout moment lors d'un contrôle routier ou à la suite d'un accident de la circulation. Si le policier ou le gendarme suspecte que le conducteur est sous l'emprise de l'alcool, il peut lui demander de souffler dans un éthylotest, qui est un dispositif portable et simple d'utilisation.

Ce test permet de mesurer la concentration d'alcool dans l'air expiré et donne une indication sur le taux d'alcoolémie dans le sang. Si le résultat de l'éthylotest est positif, l'automobiliste est considéré comme ayant commis une infraction et doit être conduit au poste de police pour subir un dépistage d'alcoolémie plus précis, généralement effectué à l'aide d'un éthylomètre homologué.

L'éthylomètre mesure la concentration d'alcool dans l'air expiré et peut donner une indication sur le taux d'alcoolémie dans le sang avec une marge d'erreur inférieure à 0,10 gramme par litre de sang. Le dépistage d'alcoolémie peut également être effectué par une prise de sang réalisée à l'hôpital. Toutefois, cette mesure est généralement réservée aux cas où l'éthylomètre n'est pas utilisable ou lorsque le contrôlé refuse de se soumettre au test.

Il est important de noter que lorsque le taux d'alcoolémie est supérieur ou égal à 0,8 gramme par litre de sang, le délit est caractérisé et l'automobiliste encourt des sanctions plus lourdes, telles que des peines d'emprisonnement allant jusqu'à deux ans, une amende pouvant aller jusqu'à 4 500 euros, la suspension du permis de conduire pour une durée pouvant aller jusqu'à trois ans et l'obligation d'installer un éthylotest antidémarrage sur son véhicule.

En cas de récidive dans les cinq ans, les peines encourues sont encore plus sévères.

En somme, tout automobiliste est susceptible d'être contrôlé lors d'un contrôle routier et doit se soumettre à un dépistage d'alcoolémie en cas de soupçon de conduite sous l'emprise de l'alcool. Les forces de l'ordre sont habilitées à utiliser un éthylotest pour mesurer la concentration d'alcool dans l'air expiré et un éthylomètre homologué pour obtenir une mesure précise du taux d'alcoolémie dans le sang.

Le respect des limites autorisées par le Code de la route est crucial pour assurer la sécurité routière et éviter les accidents mortels

Retour au blog